Document sans nom

« NON A LA DROGUE ET OUI A JESUS »

JE vous salut au nom de Jésus Christ notre seigneur.

Je suis d’origine togolaise, issue d’une famille heureuse je fréquentais l’école avec mes sœurs et je suis le seul garçon de mon père et ma mère. Je devançais mes sœurs en étude tellement que mes parents étaient tous étonnés de mon intelligence. Mes parents n’étaient pas mariés officiellement.

Et voila mon papa qui épouse une deuxième femme et nous étions ensemble dans la même cours avec la nouvelle femme et grâce a Dieu tout allait bien comme il se doit. Il prenait soin de nous, notre nourriture notre habillement, notre école.

Cinq ans après la famille augmentaient et nous étions devenu six enfants. Mais toujours il n’y avait pas de souffrance il nous supportait tous sans problème. Mon père nous a alors abandonné pour aller habiter dans une autre cour avec sa quatrième femme.

Nous les enfants étions maintenant au nombre de douze ; c’est alors que les filles commencèrent a laisser tomber leurs études pour se consacre au commerce mais il n’y avait pas de la souffrance dans la famille. Tout allait bien comme il faut, chaque dimanche mon père nous réunissait après le culte pour un conseil et chacun parlait de son problème.

Il s’occupait de nous et personne n’avait idée de faire du banditisme on se comportait tous bien et c’était la même chose pour les femmes elles aussi faisaient leur réunion. A la fin de l’année 1980 mon père a épousé encore une cinquième femme et c’est alors que tout le monde commença à murmurer et la vie quotidienne commença a devenir un peu dur et les femme commencèrent à se quereller et même à se frapper, de même que les enfants. A la fin de l’année 1983 mon père a perdu son boulot et ses femmes commencèrent à retourner chacune dans sa famille paternelle.

En ce temps nous étions au total dix neuf enfants (6 garçons et 13 filles). Mon père commença alors à boire et rien n’allait encore. En 1984 mon père est décédé et je vécu avec ma pauvre mère et avec mes deux sœurs. C’est ma mère qui s’occupait de moi et faisait tout pour moi. En 1986 ma mère est tombée malade et après elle aussi est décédée.

Mes sœurs ont pris le relais et faisaient de leur mieux puis elles se sont mariées me laissant presque seul. Avec tous ces soucis je suis tombé dans la drogue forte je dormais dans les ghettos, portait des chaussures de différentes couleurs (ce qui veut dire pied gauche couleur verte, pied droite couleur rouge par exemple) mes cheveux sont devenu longs et par fois je faisais trois mois sans me laver; je sentais comme un fou mais Dieu ne laisse pas mourir ses enfants.

Un jour j’étais fatiguer dans la vie je me promenais de gauche a droite sans espoir, je voulais même me pendre, mais hélas comme la parole nous dit dans (actes 10 : 34) que « Dieu ne fait point acception de personnes » j’ai croisé un frère de REMAR qui ma parlé du centre et il m’a prier de me rendre dans le centre. Je te dit, le premier jour que j’ai intégrer le centre REMAR j’ai été bien accueilli, tout le monde était gentil avec moi, je me suis lavé on m’a habillé on m’a donné à manger a table suivit d’un goûter.

C’était REMAR TOGO en 1999. Après un an au TOGO je suis transféré en COTE D’IVOIRE pour l’Ecole De Disciple. Il y a une étude biblique qu’ont fait pour bien connaître la bible et la vision de REMAR. Trois mois plus tard mon frère, laisse moi te dire que DIEU est bon.

A REMAR j’ai appris la couture dans le centre et maintenant je suis devenu un maître couturier et je continue à former d’autres frères qui ont le désir d’apprendre ainsi que des enfants.

De la même manière que DIEU ma bénit a REMAR, mon frère il peut le faire pour toi aussi. Il faut seulement que tu dises « NON A LA DROGUE ET OUI A JESUS ».

Je suis très heureux avec les frères et sœurs de la communauté REMAR. Mon frère on t’attend avec plaisir sans distinction aucune, oui la porte est ouverte.

Que Dieu vous bénisse!




ABALO KOFFI JULES ERNEST

Nos partenaires